22/02/2006

 Eblouie....

Je suis éblouie, éblouissante, je reprends pieds dans la vie, quel cadeau.

 

 Mon fils de 9 ans m’a dit hier soir : « ce qui est important c’est d’être en vie. On est nés sur terre pour être vivant. » Quelle magnifique leçon, quelle superbe conclusion.

 

 Et j’utilise ce terme de « conclusion » de manière très réfléchie car il clos ainsi un chapitre de ma vie qui n’avait plus d’avenir. Je recommence un livre par l’épilogue, je me donne ainsi toute liberté d’agrémenter les pages blanches qui suivent, sans connaître leur nombre mais certaine que l’histoire terminera bien.

 

Des pages déjà sont écrites depuis deux jours mais les mots sont encore dans mon corps. Dans le ventre, le bas-ventre, sur mes mains et mes lèvres. Dans mes jambes qui t’enrobent, qui te serrent, qui s’écartent et te reprennent. Dans mon sexe, impatient de t’accueillir, impatient de t’ouvrir la voie de mon âme la plus secrète.

 

Ce sont des pages érotiques, pornographiques qu’il me plait de retranscrire car c’est sur toi que je les écrits, c’est avec toi que je les composent. Ce sont tes mains, tes lèvres et ton sexe qui pénètrent mon cœur et mon âme.

 

Comment te faire comprendre cette envie de dévoiler à tous ce que nous devrions garder pour nous.

 

Sacrées, toutes ces sensations qui naissent à peines et qui ne devraient pas être déjà divulguées. Sacrés, ces moments de première rencontre car même si les expériences sont multiples, chaque nouveau regard est inattendu et générateur d’impulsions positives.

 

Je voudrais une fois encore partager un lit d’une personne avec toi pour cicatriser mon corps au tien. Je voudrais que le prochain baiser égal en intensité le premier, reçu sur ce fauteuil un peu glauque et délabré qui nous a vu naître. Tes mains froissaient timidement mon chemisier, sans doute pour déborder cet emportement qui t’a poussé à moi. Et timidement, sans doute pour ne pas brusquer un devenir en pleine ébullition.

 

Je sais que demain, plus tard, tu m'habiteras et que nous serons unis pour toujours. Tu seras alors pour toujours en moi car de c qui est donné, rien ne peut être repris. Tu seras alors dans ma mémoire vive, sur le papier, dans mon coeur et mon corps.

A demain...tout proche...

DOU

 

 

08:54 Écrit par DOU | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.