25/03/2006

QUATRIEME...RUPTURE...

Si tu me quittes maintenant, tu emporteras nos bonheurs…car les souvenirs sont trop lourds à porter sans toi. Une vie sans ton sourire je n’en veux pas. Une vie sans ton amour, sans ta présence à mes côtés je n’en veux pas. Si tu me quittes maintenant, tu emporteras un peu de moi…car faire partie de toi consolera ma peine. Une vie en blanc et noir et sans mélo d’amour, je n’en veux pas.

Si tu me quittes maintenant, fais-le vite et ne te retourne pas. Presse le pas vers ton nouveau destin et laisse moi avec le temps qui passe…celui qui nous a réunis et me laissant un goût d’infini. Si tu me quittes maintenant, tu feras de notre amour un leurre rongé sans doute par les regrets.

Si tu me quittes maintenant, tu ne sauras rien de ma souffrance, tu ne sauras rien de ma douleur. Tu n’auras pas idée des déchirures de mon pauvre cœur et des silences qui me pèsent. Tu ne sauras rien des nuits étoilées que j’hanterai...si tu me quittes maintenant.
Si tu me quittes maintenant, tu donneras raison aux chevaliers de morales et je n’aurai plus qu’à disparaître dans le brouillard de ta vie.

Notre amour avait-il une chance de battre envers et contre lance ?
Je t’attends le coeur en déroute.

 

Je m’y retrouve tellement...des larmes ont coulé…Merci à toi…

 Bateau ivre

Commentaires

merci et un bon dimanche chère DOU
à bientôt

Écrit par : jojo | 26/03/2006

Belle... Cette lettre, j'ai eu la larme à l'oeil.Bravo!!!

Écrit par : Nat | 26/03/2006

bonjour je suis passé prendre de tes nouvelles dou...
j espere que ca vas bien...merveilleuse journée a toi...

Écrit par : coeurdenfant | 26/03/2006

Je suis touchée...
C'est magnifique !

Écrit par : Vincente | 26/03/2006

il était une fois un container à remplir Cette Femme est fantastique qu'outre passer en actes ses mots est peine perdue.

Un ami de Dou, hymblement, espectant aussi.

Écrit par : I am | 28/03/2006

... pas très gentil...i am...mais si c'est un conteneur de bateau...ça va je pardonnerai ton insolence.
bonne journée

Écrit par : b.i | 04/04/2006

Les commentaires sont fermés.