30/03/2006

SIXIEME...LE CŒUR CHAVIRE D’UN HOMME...

"Promenade de moines" peinture au brou de noix de syrius

« Voilà maintenant un mois, un mois sans te voir, un mois de chagrin et de tristesse, mais un mois où mon Amour pour toi n’a fait que grandir.


Il y a un mois je te quittais en larmes, et sur ton visage le dernier sourire qui, jamais je ne l’aurais cru, fut le dernier que j’ai vu. Un signe de ta main, une étreinte que je ne pensais pas la dernière, et mon cœur qui pleure.
En quinze jours je suis sorti de ton cœur, en quinze jours, je n’ai pu te revoir. En quinze jours tout fut balayé, oublié serment donné, en quinze jours je fus broyé, durant quinze jours mon cœur a saigné.


Les derniers jours je fus mortifié, les derniers jours, de moi il ne reste rien, les derniers jours je n’ai fait que pleurer, et en ces derniers jours mon cœur a cessé de saigner, mon cœur s’est vidé, et je t’aime tout autant.


Aujourd’hui je ne pleure plus, aujourd’hui je ne saigne plus, aujourd’hui je suis mort, et une seule magie fait que je suis encore, la magie de l’Amour, la magie de mon Amour, la magie de l’Amour pour toi.
Oui mon Amour, je t’aime toujours, et même sans nouvelles de toi, je suis toujours auprès de toi.


Tout me rappelle, et tout me ramène à toi, l’air que je respire, l’eau qui me nourrit, les gestes qui me souviennent, les objets qui me rêvent, tout est en toi, de toi, par toi. Il te semblera que je me lamente, mais moi je sais que je suis amoureux, que j’ai voulu me surpasser pour toi, pensant bien faire, je n’ai fait que te rappeler, vouloir t’épouser, c’était te forcer à t’engager, vouloir te plaire, alors que tu ne pensais que simple, et maintenant, maintenant je pleure.
Et pourtant, la ferme conviction que tu m'aimes encore, la ferme conviction que tu m'éloignes pour que meure notre Amour, que tu luttes pour ne pas engager, ne pas recommencer, mais voilà...

Je t’aime Toi, je t’aime et pourtant je pleure. »

Kâ (l'âme en pharaonique)


Lettre anonyme d'un inconnu...Inconnu mais à partager pourtant !!!

Commentaires

Je travaille sur ma lettre. Mais le temps me manque.
A la prochaine.

Écrit par : | 30/03/2006

Hello Dou... Oui, c'est une peinture au brou de noix... Le deuxième travail que j'ai fait dans ma jeune carrière de peintre...

Merci popur le lien vers mon blog, a bientôt Dou

Kisss

Écrit par : syrius | 30/03/2006

Bonjour Dou Tu as l'art de rassembler les artistes.
Tout est beau ici, et j'aime les gens qui te visitent.
Bisous à tout le monde.
Malika

Écrit par : Malika | 30/03/2006

Bonsoir dou, C'est une lettre magnifique et émouvante, la souffrance parfois, ne nous quitte jamais, elle s'atténue mais elle ne disparaît pas tout-à-fait
Je te souhaite une bonne fin de soirée
Bisous
Cricri

Écrit par : CRICRI | 30/03/2006

bonsoir Dou, j'ai suivi ton conseil et je me suis lancée, c'est pourquoi, je ne suis pas passée ses jours derniers. Dès que je l'aurai un peu pofiné, je te donerai ses coordonées, et tu me diras ce que tu en penses...
Voici encore une très belle lettre, touchante et si triste...mais pourquoi faut'il que l'amour fasse ainsi pleurer ???Pourquoi ne peut il pas toujours être partagé ?? et pourquoi quand le notre est si grand, il fait si peur a l'autre??? Que de questions qui restent en suspens, trop de questions ....

je t'embrasse tout doux, Dou.

Écrit par : Agathe | 30/03/2006

J'aime... A venir ici Dou.C'est un peu comme...comment dire...faire un pas dans l'intimité des gens et j'adore.Tu es une artiste de la lettre et tu as un grand coeur de bien vouloir partager cela avec nous tous.Merci,ton blog est ma bouffée d'air pur de la journée.

Douce nuit!

Écrit par : Nat | 30/03/2006

Emotion Très belle lettre qui me rappele un peu de mon passé, passé éloigné, plein de beaux souvenirs, 6 mois de ma vie que je n'oublierais jamais.
Toujours un plaisir de passer ici et ailleurs,...

Écrit par : Pascal | 31/03/2006

Un petit coucou en passant pour te souhaiter un bon week-end.

Écrit par : clopinette | 31/03/2006

Emotions et partages MAGNIFIQUE ET POIGNANT. BISOUS

Écrit par : Marie | 14/07/2006

Les commentaires sont fermés.