25/04/2007

TROP DE TEMPS...

J’ai passé le temps à oublier...

Passer du temps à ingérer l’immense vide du deuil d’une relation…

Trop vouloir se retirer pour ne point attirer les compassions…

Mais quand même, quand même au bout du compte pouvoir affirmer :

 

Que LA vie continue…

Que le soleil brille en moi…

Que vous me manquez !!!

Que j’arriverai à nouveau à faire bouillonner les sentiments qui m’animent…

Que je reviens doucement, vers moi, vers vous, mais laissez moi le temps…

 

Ce matin, j’ai cueilli des lilas et dans la maison, on respire enfin l’odeur de la terre. Cette terre où j’ancre mes racines pour y puiser plus encore la force vitale.

 

De n’avoir tout trouvé...je continue à vivre…à mordre et à aimer…

Haïr les instants tristes et les issues sans fonds...éviter les brises...

J’aime à tapisser de tendresse…les jours sans lendemains pour soulever des utopies.

Je ne suis pas femme qui puisse se contenter d’une lumière pâle, d’un frisson.

Je ne suis pas femme qui puisse, d’un coup de tête... tout chavirer.

Continuer la quête et tout livrer…sans exceptions…

Transparences exsangues et distillées...

Je donne à qui peut recevoir.

Quand je ris, c’est tout le soleil qui manque à l’espoir !

Sur le coin d’un bras, au fond d’un oreiller, je ris, c’est capital !

Dans mes yeux, c’est un monde en marche…

Et dans mes mains, une éternité…