29/07/2008

A glisser dans la poche du pantalon

J’avais juste envie de passer tout près de toi

Pour te déposer des bisous…un peu partout !

C’est délicieux cette sensation étrange

Qui me fait tourner en rond lorsque je pense à nous.

Plus envie de manger ni de vraiment dormir.

Me réveiller souvent en touchant ta peau.

C’est doux et chaud, j’aime l’odeur de ton corps.

Ne t’arrête jamais de m’embrasser, me toucher, m’investir…

Tant que tu veux, je veux…encore…

Tendresse

28/07/2008

J'ai aimé...

J’ai aimé te revoir hier soir

Discuter, rire, s’embrasser et boire…

J’ai aimé cette nuit

A se prendre et se reprendre…

J’ai adoré ce matin …

passer sur ton corps, toucher tes mains.

Simplement marquer mes envies

Du bout des lèvres

Et te sentir te perdre

Dans le creux de ma bouche…

Encore…quand tu veux…

20:50 Écrit par DOU dans lettres d'amour perso | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, erotique |  Facebook |

14/07/2008

JE ME DESHABILLE…

Quand j’écris, je me déshabille.
Je suis là, devant toi
sans plus d'habit, ni convenance.
Le simple désir d'une femme
qui aime, jouit, convoite…
De la tendresse à l'orgasme,
d'une douce caresse à la violence d'être prise.
tu danses, danses pour moi encore.
 
Je montre mon corps
J’embrasse ton âme
Ouvre tes yeux, regarde-moi
prends mes lèvres
Glisse toi en moi.
Partage avec moi le goût de nos corps

 

Proche des ensablements du regard

sous la paupière lourde des vagues,

je cultive des visions paresseuses

en retenant mon souffle…


Frottement de ta peau,
je dépose mes seins sur les tiens
je dépose mon âme,ma bouche sur ton sexe…
pour que de notre mélange naisse
une intimité précieuse

Imprimée à jamais dans nos formes

Enlève tout, donne-moi tout…

13:48 Écrit par DOU dans lettres d'amour perso | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, nu, erotisme |  Facebook |

08/07/2008

JE CHAVIRE...

Si je pleure aujourd’hui

C’est pas qu’à cause de toi.

C’est la faute à tout ceux là

Qui mettent un pied en ma demeure,

Qui distillent des gouttes de bonheur

Et s’en vont sans jamais y déposer la main…

juste la laisser un instant

sur le bord de l’épaule.

Ces gouttes de bonheur

Prennent à chaque fois

La couleur d’un viol.

Un vol, celui de mon cœur.

Il se déchire comme les pages d’un mauvais roman.

Celui que l’on n’oserait pas écrire…

 

Ne venez plus chez moi

Pour simplement goûter au sel de ma peau.

Il risque fort d’avoir la saveur de l’acide.

Puis-je ainsi éternellement me tromper

Sur la valeur des gens qui m’attirent ?

 

Je suis en état de manque …

Je viens de me faire baiser…

06/07/2008

DRAGUE-MOI ENCORE...

Drague-moi encore

Dans un bistrot Namurois,

Aux murs couverts de peintures effilochées.

 

Confesse-moi sur le banc en bois,

de la cathédrale St-Aubain…

Elle qui n’a jamais entendu

Les dérives de mes pensées.

 

Renifle-moi encore le cou

En appuyant ton corps au mien.

 

Bouches avides et langues intruses,

Embrasse-moi une fois de plus…

dans le sofa.

 

Rends-moi vivante, c’est simple.

Et danse, danse…

Sous mes yeux dévorants, sur mon corps.

 

Drague-moi encore…

Doucement…

Comme un air de jamais vu.

Comme une salopette de Coluche…

Fais-moi hurler de rire !

 

A me voir ainsi soumise

A tes pressions régénérantes…

J’en oublie que la vie…

N’est « qu’une » seconde…

Et que demain « n’existe pas »…

03/07/2008

LES BRAS EN COIX...

Je me présente à toi

Les bras en croix…

Loin de toute idéologie…

Juste les bras ouverts…

 

Je me présente à toi

éloignée du couloir étroit des références ordinaires…

Je présente ainsi le dessus de l’iceberg..

Le reste est à découvrir…à partager…

dans l’intimité.

 

Les bras en croix

Dans le déploiement, le silence, l’ondulation.

Dans le regard, le touché.

Légèreté de l’inconnu qui s’infiltre lentement…

dans la vie…

Subtilité de l’imprévu qui dégage des odeurs…

des ambiances…

 

Je me présente à toi

A genoux, forte des sentences qui relèvent la tête.

Debout, forte des déterminations qui tracent ma voie.

 

Je me présente à toi

Dans la douceur insoupçonnée de mon corps égaré

Dans mes pensées magistrales qui useront mon corps

Dans mes mots si collants qu’ils perdront mes amours

Dans mes envies….

 

Je me présente à toi… si peu…

Tellement peu…